Connect with us




Politique

13 soldats nigérians et policier tués lors de l’attaque de Boko Haram

Published

on

Les djihadistes de Boko Haram ont tendu une embuscade à un convoi militaire dans le nord-est du Nigeria, tuant 13 soldats et un policier, a annoncé mercredi l’armée.
Un officier, qui a requis l’anonymat, a déclaré que les militants avaient envahi une base militaire et fixé à 18 le nombre de morts.

Un communiqué de l’armée indique que les assaillants ont pris dans une embuscade lundi matin contre un convoi militaire sur une autoroute reliant Maiduguri, la capitale de l’Etat de Borno, à Damaturu dans l’Etat voisin de Yobe.

«Malheureusement, 13 militaires et un personnel de police… ont payé le prix suprême en se retirant de l’embuscade», indique le communiqué signé par le porte-parole de l’armée locale, le colonel Onyema Nwachukwu.

L’attaque fait suite à une tentative de raid sur une base militaire proche située le long de l’autoroute du village de Kukareta, à 20 kilomètres de Damaturu, a annoncé Nwachukwu.

Cette attaque a été « repoussée » par des troupes qui « ont engagé et maîtrisé les terroristes, tuant plusieurs d’entre eux », a déclaré Nwachukwu, ajoutant qu’un soldat avait été blessé.

D’autres sources de sécurité ont déclaré que les combattants voyageant dans huit camions équipés de canons anti-aériens avaient envahi la base.

« Les terroristes ont tué 17 soldats lors de l’attaque, qui a duré plus d’une heure », a déclaré un officier à l’AFP sous couvert d’anonymat.

«Ils ont pris le contrôle de la base militaire après avoir maîtrisé ses troupes et l’ont incendiée. Un policier a été tué lorsque leur véhicule, qui se dirigeait vers Damaturu, a essuyé des tirs croisés, mais le chauffeur s’est échappé indemne, a déclaré la source militaire.

Les assaillants étaient originaires de la province d’Afrique de l’Ouest (ISWAP) affiliée à l’État islamique, ont précisé les sources.

Un médecin de l’hôpital de Damaturu a annoncé que 18 corps avaient été transportés à la morgue lundi soir.

Un milicien civil dans la région a fait un récit similaire et a déclaré que les combattants s’étaient retirés après avoir incendié la base.

«Ils ont brûlé la base et deux véhicules militaires. Ils ont également incendié deux écoles primaires à Kukareta et dans le village voisin de Ngaurawa », a déclaré le milicien.

Les djihadistes de Boko Haram ont mené des dizaines d’attaques contre des bases militaires au cours des derniers mois. Des dizaines de soldats ont été tués ou ont été portés disparus.

L’autoroute Maiduguri-Damaturu, longue de 120 kilomètres (75 milles), a été la cible d’attaques répétées, notamment de raids sur des bases militaires et des marchés.

En septembre 2013, des combattants de Boko Haram, déguisés en soldats, ont barricadé la route et tué 167 personnes, lors de la pire attaque contre les automobilistes.

L’insurrection qui a duré neuf ans a tué 27 000 personnes et en a déplacé deux millions de plus, créant une crise humanitaire catastrophique.

Le conflit a touché les voisins du nord du Nigeria, le Tchad, le Niger et le Cameroun.

Source: AFP

Suivez-nous, et aimez-nous:
Continue Reading
Click to comment

Politique

CÔTE D’IVOIRE: CE QUI ATTENDAIT GUILLAUME SORO AU CAS OÙ IL NE DÉMISSIONNAIT PAS DE L´ ASSEMBLÉE NATIONALE!

Published

on

By

Ce vendredi 8 Février, Guillaume Soro démissionnait de la présidence de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire. ”Y’avait-il une alternative. Non, on ne m’en donnait aucune, absolument aucune”, dira-t-il notamment dans son discours lors de la session parlementaire qui aura acté sa démission. Soro Guillaume ne croit pas si bien dire lorsqu’il dit que l’on ne lui laissait aucune alternative. Acculé et poussé à la démission, il s’est résigné. ”A l’inverse, refuser de démissionner conduirait immanquablement à la crise institutionnelle déstabilisante…”. Le mot est lâché. S’il ne démissionnait pas, voilà ce qui l’attendait.

Soro Guillaume, soit la démission ou la destitution

La manière la plus honorable était celle-ci, prononcer un discours devant les députés et rendre sa démission. Ou c’était tout simplement la destitution sous l’initiative du chef de l’Etat, Alassane Ouattara qui se serait imposée à lui. Cela aura été un désaveu des plus cinglants. Soro a décidé de démissionner, de laisser le tabouret pour aller en toute conscience et liberté dans une aventure guidée par ses convictions.

Par: AB

Suivez-nous, et aimez-nous:
Continue Reading

Politique

CÔTE D’IVOIRE : HENRI KONAN BÉDIÉ, PRÉSIDENT DU PDCI-RDA REFUSE DE RECEVOIR NICOLAS SARKOKY

Published

on

By

Dans la semaine du jeudi 31 Janvier 2019 l’ex président français Nicolas Sarkozy était en cote d´ivoire pour des raisons professionnelles ( Nicolas Sarkozy fait partie des actionnaires du groupe Accor), l’ex président français avait un agenda secret. Celui de profiter de ce déplacement éclair pour rencontrer Henri Konan Bédié. Ce dernier a tout simplement refusé de le recevoir.

Jusqu’à où ira Henri Konan dans sa fronde contre Alassane Ouattara. La plupart des missions secrètes en vue d’un rapprochement entre Bedié et Ouattara ont toutes échoué. Henri Konan Bédié semble inflexible. La dernière tentative de rapprochement souhaitée par Nicolas Sarkozy s’est heurtée à un refus tout simplement. Les rumeurs qui faisaient état sur la Toile de ce que Sarkozy était en route pour Daoukro n’étaient pas aussi infondées que ça. Une rencontre était en cours, mais celle-ci n’a pu avoir lieu. Henry Konan Bedié évite-t-il de se laisser convaincre par Nicolas Sarkozy afin de laisser le pouvoir tant convoité en 2020?

Suivez-nous, et aimez-nous:
Continue Reading

Politique

SORO GUILLAUME, DÉMISSION ACTÉE CE VENDREDI ? ENTRAVES À UNE PROCÉDURE : LES ÉCLAIRAGES D’UN JOURNALISTE, L’APRÈS SORO À L’ASSEMBLÉE NATIONALE

Published

on

By

Les choses vont vite en Côte d’Ivoire. Une session parlementaire prévue ce vendredi 8 février a été convoquée par le Président de la République, Alassane Ouattara au titre de l’article 95 qui stipule ceci : le parlement est convoqué en session extraordinaire par le président de chaque membre sur un ordre du jour déterminé, à la demande du Président de la République. L’ordre du jour, voici la première entrave à l’information parlementaire signée du 5 février 2019 qui n’en comporte pas un. Seconde entrave, si démission il doit avoir, lors de la session parlementaire, Guillaume Soro voudra soumettre celle-ci aux députés pour un vote. Dans lequel cas, il faudra atteindre le quorum de 124 députés. Bref, plusieurs entraves se dressent à un processus qui devrait voir démissionner au finish Guillaume Soro, tel que le veut et le souhaite le plus tôt possible, le Président de la République de Côte d’Ivoire, Alassane Ouattara.

Démission actée ce vendredi, l’après Guillaume Soro

Selon l´analyse d´un journaliste réputé, approché par le magazine Abidjanpeople,   ”Guillaume Soro a plusieurs choix, soit sortir avec tous les honneurs en entérinant sa démission. Après quoi, il va poursuivre ses études aux Etas-Unis comme il le souhaite, soit, il décide de transformer en parti politique tous ses mouvements de soutien que sont UDS, RACI et autres pour se lancer dans la bataille aux élections présidentielles. L’on a plusieurs cas de dirigeants africains qui, au bout du compte en sont arrivés à la magistrature suprême. Soro joue son avenir politique. A lui d’assumer ses choix, assumer de souffrir, de renoncer aux avantages dus à son statut de président d’institution. C’est sur ces différents points qu’on l’attend”.

Guillaume Soro ne pèse rien selon ses détracteurs

Un point abordé par le journaliste consultant est celui-ci : ”Selon ses détracteurs, Soro ne pèse rien. Et qu’il ne vaut que par la voie des armes, alors on attend de le voir sur ce terrain s’il ne va pas secouer le sabre de la violence”. Sur cette voie qu’on voudrait leur imputer, les partisans de Guillaume Soro et lui-même sont formels : ”Plus jamais, nous n’allons recourir aux armes…”.

La session parlementaire convoquée ce vendredi 8 février si elle acte ou non la démission de Guillaume Soro à la tête de l’hémicycle ivoirien aura forcement des conséquences sur la vie politique, la reconstitution des cartes au niveau des partis politiques en Côte d’Ivoire. Le monde attend de voir comment tout cela va évoluer.

Par: AB

Suivez-nous, et aimez-nous:
Continue Reading

DERNIERS ARTICLES

Copyright ©2018 - 225newsmag - Le magazine du brassage culturel