Connect with us




Politique

NADINE MORANO: l’Afrique doit se « responsabiliser » et maîtriser son immigration

Published

on

La quatrième de la liste LR pour les élections européennes affirme que l’accueil des « mineurs non accompagné » en situation irrégulière coûte deux milliards d’euros à la France.

Il s’agit d’un des volets les plus importants du programme des Républicains pour les élections européennes. Invitée de notre antenne ce mercredi matin, Nadine Morano, quatrième de la liste LR chapeautée par François-Xavier Bellamy, a enjoint les instances dirigeantes africaines à maîtriser leur immigration.

Rappelant que l’Union européenne avait récemment octroyé 237 millions d’euros d’aide au développement à Libye, l’ex-ministre de Nicolas Sarkozy a jugé « normal » d’assister des « pays en reconstruction ».

L’Afrique doit « s’occuper de ses jeunes »

Selon Nadine Morano, la France et plus globalement l’UE doit « responsabiliser l’Union africaine » (organisation supranationale inspirée des institutions européennes). « Nous voulons conditionner nos aides au développement de l’Afrique en fonction de résultats réels […] de maîtrise de leur immigration », a-t-elle prévenu, sommant les Africains de « s’occuper de leurs jeunes ».

En l’occurrence, ce chiffre provient d’un rapport datant de fin 2018, décortiqué récemment par Libération et auquel ont participé l’Inspection générale des affaires sociales (Igas), l’Inspection générale de l’administration (IGA) et l’Inspection générale de la justice (IGJ).

La prise en charge d’un mineur étranger isolé coûte 50.000 euros par an et par jeune. Au total, sur 2018, cet accueil a donc bien coûté environ deux milliards d’euros aux départements français, dans la mesure où l’État ne prend en charge qu’une somme forfaitaire, correspondant aux cinq premiers jours de l’accueil du mineur.

Source: BFM tv

Suivez-nous, et aimez-nous:
Continue Reading
Click to comment

Politique

Côte d’Ivoire : Violences à Béoumi, Alain Lobognon plaind la situation

Published

on

By

C’est un Alain Lobognon très amer qui a tweeté pour dénoncer l’inaction des autorités politiques, militaires et chefs traditionnels dans les violences qui ont cours à Béoumi. Le Député de Fresco interpelle donc propose donc sa solution dans une telle situation.

Alain Lobognon plaind la situation de Béoumi

Béoumi est en ébullition, depuis ce mercredi, à la suite d’un affrontement entre chauffeurs de la ville. Cette affaire a dégénéré en conflit inter communautaire ayant causé 3 morts, 40 blessés, dont certains par balles, et de nombreux dégâts matériels, selon un bilan officiel. Ces affrontements sont en effet symptomatiques de la situation générale en Côte d’Ivoire, où certaines communautés continuent de se regarder en chiens de faïence.

L’Honorable Alain Lobognon s’offusque donc du fait que les autorités sécuritaires n’aient pas pris de dispositions appropriées pour éviter ce carnage. « Le Député que je suis s’attendait à une interposition des militaires stationnés à Bouaké, à quelques minutes de Béoumi. Je suis triste », s’est-il indigné.

Le Parlementaire proche de l’ancien Président de l’Assemblée nationale Guillaume Soro ne comprend également pas le fait que les rois et chefs traditionnels ne soient pas intervenus promptement pour apaiser leurs communautés respectives.

« Béoumi. Où sont donc les rois et chefs traditionnels sensés contribuer au renforcement de la cohésion nationale en Côte d’Ivoire? Que font-ils? Que disent-ils suite à ces violences meurtrières? Je suis triste pour mon pays », a posté l’ancien ministre des Sports sur son compte Twitter.

Notons toutefois que des gendarmes et policiers sont venus en renfort de Bouaké et de Sakassou pour prêter main forte à aux forces de l’ordre sur place. Certains d’entre ces forces de défense et de sécurité, dont le commissaire de Béoumi, ont été blessés par balle.

AF7

Suivez-nous, et aimez-nous:
Continue Reading

Politique

SOUDAN: OMAR EL BECHIR, destitué après 30 ans de règne

Published

on

By

SOUDAN: Après 30 ans de règne, le président soudanais Oumar El BECHIR a été destitué. Ecoutez les réactions de la population.

Suivez-nous, et aimez-nous:
Continue Reading

Politique

SOUDAN: L’armée, éternelle arbitre des contestations populaires en Afrique

Published

on

By

Le Soudan, l’Algérie, l’Egypte, le Zimbabwe et la liste n’est pas longue. L’armée s’impose dans plusieurs pays africains en arbitre et dit défendre les intérêts des peuples. Or elle finit parfois par prendre le pouvoir.

Au Soudan, l’armée est entrée en action en destituant le président Omar el-Béchir et en instituant un comité militaire qui va conduire le pays durant deux ans. C’est à peu près le même scénario en Algérie où le Général Gaid Salah prend les devants, même si officiellement ce n’est pas lui qui assure l’intérim de la présidence après la démission du Chef de l’Etat Abdelaziz Bouteflika.

Il faut rappeler qu’en Egypte, c’est à la faveur des troubles sociaux que l’actuel président Abdel Fatah Al Sissi, ex-chef de l’armée, est arrivé au pouvoir pour succéder à Hosni Moubarak et Mohammed Morsi. On peut aussi citer le cas du Zimbabwe, où l’armée a joué un rôle déterminant dans l’arrivée au pouvoir du président Emmerson Mnangagwa.

Et dans chaque cas, l’armée dit défendre les exigences du peuple.

&maca=fra-gk-volltext-microsoft-topnews-fr-13278-xml-msn#Soudan Voici les mesures prises ce jeudi par l’armée soudanaise qui a destitué le président Omar el-Béchir. 🔻🔻 https://t.co/3y8soGVPGh pic.twitter.com/1LZJ1V4993
— DW Afrique (@dw_francais) April 11, 2019

Pour Arthur Banga, enseignant-chercheur à l’Université Félix Houphouet Boigny d’Abidjan, ces interférences de l’armée sont le fruit d’un dysfonctionnement institutionnel. Il rappelle aussi que les éléments qui composent l’armée sont aussi « dans le peuple, entendent les revendications qu’ils partagent parfois. » Arthur Banga recommande par ailleurs « qu’il faut maintenir la pression sur l’armée pour que la démocratie voulue soit réellement appliquée. »

Interrogé sur l’inaction de l’armée dans certains pays, l’expert pense que « les réalités sont différentes » et que dans des pays comme le Togo ou au Tchad, « l’opposition ou

la société civile a du mal à entamer la révolte. »

Pour écouter son interview, cliquez sur l’image ci-dessus !

Auteur: Fréjus Quenum

Suivez-nous, et aimez-nous:
Continue Reading

DERNIERS ARTICLES

Copyright ©2018 - 225newsmag - Le magazine du brassage culturel