Connect with us




SECURITE

Côte d’Ivoire : La ville de Béoumi à feu et à sang

Published

on

La ville de Béoumi a connu des heures chaudes, ce mercredi 15 mai, lors de l’affrontement entre des chauffeurs de ladite localité. L’on dénombre de nombreux blessés, ainsi que d’importants dégâts matériels.

Affrontements de Béoumi, des policiers blessés par balle

Une petite incompréhension entre un chauffeur de Toyota Picnic (Malinké) et un chauffeur de Moto-taxi (Baoulé), et c’est parti pour un affrontement intercommunautaire opposant les deux communautés. Le chauffeur de Moto-taxi, tailladé à la machette par son adversaire, a succombé à ses blessures. Plusieurs autres blessés, des véhicules et maisons incendiés, tel est le résultat de ces affrontements, selon un bilan partiel.

L’on note par ailleurs que les policiers et gendarmes, dépêchés de Bouaké et de Sakassou pour venir rétablir l’ordre et protéger les personnes et les biens dans la ville voisine de Béoumi ont essuyé des revers.

Le commissaire de police de Béoumi, Klon Adolphe, a reçu deux balles à la jambe et au dos. Deux autres policiers et trois gendarmes appelés en renfort ont également été blessés par balles. Ces agents des forces de l’ordre ont été évacués d’urgence au Centre hospitalier universitaire (CHU) de Bouaké pour des soins appropriés.

Un calme précaire règne pour l’instant dans la ville dont est originaire le ministre de la Communication, porte-parole du Gouvernement, Sidi Tiémoko Touré. C’est donc le lieu d’interpeller les autorités ivoiriennes afin de prendre des dispositions nécessaires pour éviter que ces affrontements inter communautaires observés à l’ouest, au nord et maintenant au centre de la Côte d’Ivoire, se propage dans tout le pays.

AF7

Suivez-nous, et aimez-nous:
Continue Reading
Click to comment

SECURITE

Yopougon sous les coups de feu: Un commissariat attaqué hier

Published

on

By

imagesL’attaque perpétrée dans la nuit de mercredi à jeudi contre le Commissariat du 16ème arrondissement de police d’Abidjan par des individus lourdement armés et non identifiés a fait au moins un mort , a appris APA de bonnes sources dans la capitale économique ivoirienne.
Selon plusieurs témoins joints au téléphone par APA, le Commissariat du 16ème arrondissement de police situé dans la commune de Yopougon à l’Ouest d’Abidjan a été l’objet d’une attaque de 20 heures à 21heures, (heure locale et Gmt). Les tirs ont été entendus pendant près d’ heure de temps.
« Le CCDO (Centre de commandement des opérations) est rentré en action aux environs de 21 heures. Le Commissariat du 16ème est actuellement encerclé et il y a une opération de ratissage dans le quartier millionnaire et dans le secteur Kenya ainsi qu’à la Sicogi », a déclaré une source policière, également jointe par APA au téléphone.
« Un sous officier de police (FRCI) a succombé de ses blessures sur la route de son évacuation », a poursuivi la même source précisant que le Commandant Issiaka Ouattara dit Wattao, Chef des opération du CCDO est arrivé sur le théâtre des opération de même qu’un détachement de l’Opération des Nations Unies en Côte d’Ivoire.
« Les assaillants sont arrivés à bord de deux véhicules pick-up qu’ils ont stationnés un peu loin avant de prendre des taxis pour se rendre au 16ème arrondissement », renseigne cette source selon qui ces assaillants étaient habillés en civil et en blanc.
Cette attaque intervient alors qu’un rapport des Nations Unies accusant le pouvoir Alassane Ouattara d’avoir tenté d’assassiner ou kidnapper au Ghana, des exilés proches de l’ancien Président, Laurent Gbagbo crée la polémique dans la capitale économique ivoirienne.
A la fin de la crise post électorale en avril 2011 ayant fait plus de 3000 morts, les Forces républicaines de Côte d’Ivoire (armée régulière) ont été constamment harcelées par des attaques mortelles que le nouveau pouvoir a imputé aux nostalgiques du régime de Laurent Gbagbo.

APA
Des tirs entendus à Abidjan, un commissariat attaqué
Des tirs ont été entendus mercredi soir dans le quartier de Yopougon à Abidjan, où un commissariat a été attaqué, ont indiqué plusieurs sources sécuritaires.
Les circonstances de cette éruption de violence sont encore très difficiles à cerner. Selon deux sources sécuritaires, le commissariat du 16e arrondissement de ce quartier périphérique d’Abidjan a été pris pour cible.
D’après l’une d’entre elles, des malfaiteurs auraient tiré sur le commissariat en représailles à une saisie de drogue effectuée plus tôt dans la journée.
Aucun bilan n’a pour l’instant été fourni à l’AFP.
Le niveau de violence est redescendu ces derniers mois en Côte d’Ivoire, où la crise postélectorale, qui a mis un terme à une décennie de conflit politico-militaire, a fait plus de 3.000 morts en 2010-2011.
De nombreuses armes restent encore présentes dans le pays.
La Côte d’Ivoire est surtout frappée par un phénomène de « coupeurs de route », des hommes armés dépouillant les véhicules de passage à des barrages sauvages, surtout de nuit, et tuant parfois les passagers.
En décembre 2012, une gendarmerie de Yopougon avait été attaquée. Les assaillants avaient été repoussés.
AFP
Yopougon dans la confusion hier : Des échanges de tirs à l’arme lourde
Les populations de la commune de Yopougon ont vécu, hier, une soirée de grande frayeur. Pendant plus d’une heure d’horloge, elles ont été confrontées à des tirs à l’arme légère mais aussi à l’arme lourde, sans savoir précisément d’où ils venaient. Selon des témoignages concordants, les tirs étaient plus nourris dans les environs du commissariat du 16e arrondissement. Mais des informations policières ont fait état de ce que d’autres tirs ont été entendus du côté du 19e arrondissement dans le quartier Toits rouges. En général, en tenant compte d’informations recoupées, les tirs avaient lieu dans plusieurs endroits, notamment dans les environs du 16e, de l’espace Cp1, vers la pharmacie bel air et au Nouveau quartier. Les riverains du 16e arrondissement témoignent de ce que les coups de feu ont commencé dans le quartier précaire de Yaosséhi. Et les uns et les autres suspectaient au départ un échange de coups de feu dans les environs d’un fumoir qui serait dans ledit quartier précaire. Hier soir, autour de 22h, les tirs se faisaient toujours entendre. Et, selon un habitant du quartier Toits rouges, ils se rapprochaient davantage de leur quartier. Les populations étant toutes enfermées dans leurs habitations respectives, il était très difficile de savoir avec exactitude, d’où provenaient les tirs, qui attaquait qui et pour quelles raisons.
Armand Bohui
Suivez-nous, et aimez-nous:
Continue Reading

DERNIERS ARTICLES

Copyright ©2018 - 225newsmag - Le magazine du brassage culturel