Connect with us




Faits divers

Ils obligeaient des jeunes femmes roumaines à se prostituer, 15 suspects interpellés

Published

on

Le réseau, qui avait des relais à Nantes et Rennes, forçait des jeunes femmes roumaines à se prostituer dans la rue ou des hôtels

Dix suspects ont été interpellés en France, dont trois ont été incarcérés, dans le cadre du démantèlement d’une vaste filière roumaine de proxénétisme et de traite d’être humains, a annoncé vendredi soir le parquet de Rennes.
Agissant sur l’ensemble de l’Europe, cette « organisation criminelle » exploitait de « jeunes femmes roumaines acheminées en France et contraintes à une prostitution de voie publique et hôtelière, sous le contrôle direct et permanent de proxénètes en France, agissant (…) pour le compte de chefs basés en Roumanie », indique le procureur adjoint Emmanuel Razous. Elle disposait de relais dans l’ouest de la France, en particulier à Rennes et Nantes.
Plus de 1,2 million d’euros envoyés en Roumanie
L’argent tiré de la prostitution était envoyé « par mandats » aux « chefs de clan en Roumanie ou récupéré en France par ces derniers », selon la même source. Sur trois ans, les sommes envoyées en Roumanie ont été estimées à 1,2 million d’euros et des mandats de 487.000 euros ont été identifiés depuis 2015. Cet argent servait à l’achat de voitures de luxe ou à des constructions immobilières.

Mardi, une opération judiciaire coordonnée a été déclenchée en France, en Roumanie et en Allemagne, mobilisant notamment 150 gendarmes français. Dix personnes ont été interpellées en France et cinq à l’étranger. Dans l’Hexagone, cinq personnes ont été mises en examen, dont trois ont été placées en détention provisoire.
Initiée en novembre 2018, l’enquête est conduite par un juge d’instruction de la juridiction interrégionale spécialisée (Jirs) de Rennes, avec notamment les gendarmes d’Ille-et-Vilaine et de Loire-Atlantique (sections de recherches et groupements) et le soutien des unités européennes de coopération judiciaire et policière Eurojust et Europol.

Source: AFP

 

Suivez-nous, et aimez-nous:
Continue Reading
Click to comment

Faits divers

FAITS DIVERS : Des voleurs s’emparent du toit d’un phare en Normandie

Published

on

Dans la nuit du jeudi 27 au vendredi 28 décembre, 50 m² de plaques de zinc recouvrant le toit du phare d’Agon-Coutainville ont été dérobés par des voleurs. Une enquête a été ouverte.

Les 50 m² de zinc ont été retirés de manière « presque professionnelle », observe l’édile, Christian Duterte, interrogé par le quotidien régional. Le Conservatoire du littoral, propriétaire de l’édifice, a déposé plainte à la gendarmerie. Une enquête a été ouverte. 

Mauvaise surprise pour le maire et les habitants d’Agon-Coutainville, en Normandie. Vendredi matin, ils ont constaté, effarés, qu’une grande partie du toit en zinc du phare de la commune, situé à la pointe d’Agon, a été volée, rapporte Ouest-France mercredi.

Source: europe1.fr

Suivez-nous, et aimez-nous:
Continue Reading

DERNIERS ARTICLES

Copyright ©2018 - 225newsmag - Le magazine du brassage culturel