Connect with us




Sport

FOOT: MANCHESTER CITY PULVÉRISE CHELSEA

Published

on

Porté par un Sergio Agüero une nouvelle fois brillant et un collectif brutal, Manchester City a laminé Chelsea à l’Etihad (6-0) et laisse les Blues avec la plus grosse défaite du club depuis 1991 pour réfléchir. Revoilà le gang de Guardiola aux commandes de la Premier League.

Manchester City 6-0 Chelsea

Buts : Sterling (4, 80), Agüero (13, 19, 56 s.p.) et Gündoğan (25) pour City.
Simple : Chelsea n’avait jamais connu ça de son histoire en Premier League. La dernière fois, c’était à Nottingham, un jour d’avril 1991. Le score ? Sept, zéro. Un autre record ? Oui, celui égalé par Sergio Agüero dimanche, auteur d’un nouveau triplé et d’une performance brillante : seul Alan Shearer a réussi plus de hat-trick que l’Argentin. Fallait-il s’attendre à vivre un dimanche historique ? Il y avait de ça dans l’air à l’Etihad, où Pep Guardiola avait annoncé au monde qu’il venait disputer une finale pour le titre. Le Catalan a finalement demandé à ses hommes de tout écraser. Par six.

Le monologue de Guardiola

Si, en venant s’installer dans ce grand salon bleu ciel, les invités souhaitaient assister à un échange délicieux entre deux hommes qui avaient promis au monde un débat énergétique, les curieux ont trouvé un monologue. Un monologue brutal, brillant, où l’on a vu passer sur la table tous les préceptes de Pep Guardiola, de la sacro-sainte « règle des cinq secondes » pour récupérer la parole au refus de la lâcher. Difficile de faire plus violent pour ouvrir ce que Guardiola avait élevé au rang de « finale », que le Calatan a décidé d’attaquer par une petite surprise -la présence d’Oleksandr Zinchenko sur le côté gauche de sa défense, une première en championnat depuis la victoire à Southampton fin décembre- et une distribution de baffes à Maurizio Sarri, invité poussé au mutisme. Ce qui a donné un tremblement de terre : une ouverture du score précoce de Raheem Sterling au bout d’un coup franc rapidement joué par De Bruyne, un doublé d’Agüero en six minutes et une quatrième flèche plantée par Gundogan avant le premier tour de cadran. Pour la deuxième fois consécutive à l’extérieur, Chelsea a ainsi reçu quatre balles à l’estomac.

Agüero, l’énième merveille

Cela n’aura pas empêché Guardiola de se rouler par terre après un raté incroyable d’Agüero mais il fallait avoir la tête ailleurs : sur les errements défensifs répétés de ces Blues notamment, qui auront mis une demi-heure à répondre à un Manchester City étouffant. De là, la discussion a commencé, Gonzalo Higuaín a pointé son nez et poussé Ederson à l’envolée, Pedro a enfin réussi à s’éjecter par séquences du marquage de Zinchenko, mais Agüero, lui, a poursuivi un numéro débuté entre les lignes bleues et impossible à arrêter. Preuve en est, l’Argentin a refusé de mettre un terme à son ascension en seconde période, a envoyé un coup de tête sur la barre et s’est ensuite offert le onzième triplé de sa carrière anglaise (record de Sherarer égalé) sur un penalty obtenu par Sterling dans les pieds d’Azpilicueta. Une séquence symbole de la différence entre la dernière entrevue Guardiola-Sarri, d’où l’Italien était reparti avec les poches pleines, et celle-ci : cette fois, Chelsea a explosé, a failli à la relance et a vu son milieu, Jorginho en tête, se noyer entre les circuits locaux.

En évoquant l’aller cette semaine, Maurizio Sarri n’avait pas hésité à évoquer « une victoire chanceuse » de son argumentaire. Dimanche, l’Italien a surtout confirmé que la victoire contre Huddersfield il y a une semaine n’était qu’une respiration : son Chelsea allait glisser de nouveau, ce qu’il a fait en grand à l’Etihad, où De Bruyne et Fernandinho ont eu des cartouches de 6-0 et d’où Guardiola a rapidement retiré ses pions majeurs (De Bruyne, Agüero, Fernandinho). Finalement, le sixième bâton a été dessiné par Sterling après une merveille d’ouverture de David Silva pour Zinchenko. Ainsi, le dernier quart d’heure n’aura été que gestion et digestion d’un message qu’il fallait envoyer à Liverpool pour un City qui reprend la tête du championnat à la différence de buts. Prochaine cible à abattre dans quinze jours. D’ici là, Chelsea a tout un monde à retaper.

Source: Sofoot

Suivez-nous, et aimez-nous:
Continue Reading
Click to comment

Sport

Drogba furieux après les propos polémiques de Christine Angot sur l’esclavage

Published

on

Didier Drogba a partagé sa colère sur les réseaux sociaux après la sortie polémique de la romancière Christine Angot à propos de l’esclavage. L’autrice, chroniqueuse dans l’émission « On n‘est pas couché », a établi samedi un parallèle très douteux avec le drame de la Shoah.

Didier Drogba est en colère. « Incitation à la haine raciale par discrimination 2 juin 2019, sur un plateau télé. Mutisme des présentateurs et de la chaîne de diffusion… Les citer ne serait que leur donner une vitrine en ce monde, quelle image honteuse !!! », a-t-il écrit sur Twitter. Et si l’ancien attaquant de l’OM et de Chelsea prend soin de ne pas citer Christine Angot, il apparaît évident que les propos polémiques tenus par la romancière samedi dernier sont visés. La chroniqueuse de l’émission « On n’est pas couché » a effectué une comparaison pour le moins très douteuse entre la Shoah et l’esclavage tel qu’il a existé. Voici ce qu’elle a dit face à Franz-Olivier Giesberg:

L’esclavage « exactement le contraire » de la Shoah
« Là par exemple, on l’a rappelé tout à l’heure avec Gilette Kolinka (déportée juive lors de la Seconde guerre mondiale) en parlant de camps de concentration ou de camps d’extermination. Donc ça met l’accent que le but avec les juifs pendant la guerre, ça a bien été de les exterminer, de les tuer, et ça introduit une différence fondamentale, alors qu’on veut confondre avec par exemple l’esclavage et l’esclavage des Noirs envoyés aux États-Unis ou ailleurs, et où c’était exactement le contraire. C’est-à-dire l’idée c’était qu’ils soient en pleine forme, en bonne santé pour pouvoir les vendre et pour qu’ils soient commercialisables. Donc non, ce n’est pas vrai que les traumatismes sont les mêmes, que les souffrances infligées aux peuples sont les mêmes ».
Ruquier dénonce une polémique inutile
Laurent Ruquier a défendu sa chroniqueuse sur les réseaux sociaux après que ses propos aient été qualifiés d' »immondes » sur la toile. « La shoah fut une abomination. L’esclavage en Afrique et le commerce des esclaves fut une abomination. Aucun doute. Ceux qui tentent de nous faire dire ou penser le contraire, à Christine Angot ou à moi cherchent à créer une polémique inutile », a écrit Laurent Ruquier.

RMC Sport

Suivez-nous, et aimez-nous:
Continue Reading

Sport

Ligue des champions: l’appel de Neymar pour sa suspension examiné par l’UEFA

Published

on

La commission de discipline de l’UEFA va examiner l’appel de Neymar après sa suspension pour avoir insulté l’arbitre de PSG-Manchester United (1-3) sur les réseaux sociaux, le 6 mars dernier, en huitième de finale de la Ligue des champions.

Neymar va savoir. Ce mardi, l’appel de la star brésilienne va être examiné par la commission de discipline de l’UEFA qui l’avait suspendu trois matches pour insultes envers l’arbitre du match PSG-Manchester United (1-3). « C’est une honte! Ils mettent quatre gars qui n’y comprennent rien au foot pour revoir le ralenti », s’était emporté l’attaquant lors du huitième de finale retour de la Ligue des champions pour lequel il était blessé, protestant contre le penalty accordé aux Red Devils après recours à l’arbitrage vidéo. « Qu’ils aillent se faire foutre », avait-il ajouté sur les réseaux sociaux.
Décision connue mercredi
Blessé à la cheville droite, Neymar avait l’occasion de se défendre aujourd’hui, mais il ne se déplacera pas à Nyon, au siège de la confédération européenne, lui qui est actuellement au Brésil. La décision de la commission sera rendue demain, mercredi. En France, la commission de discipline de la Fédération française de football (FFF) a infligé une suspension ferme de trois matches à Neymar, ainsi que deux matches avec sursis pour le coup asséné à un spectateur après la finale de la Coupe de France. Neymar saura bientôt si la FFF maintient ou non la sanction. L’attaquant du PSG a déjà purgé deux matches contre Dijon (4-0) et Reims (1-3).

RMC Sport

Suivez-nous, et aimez-nous:
Continue Reading

Sport

Platini en garde à vue dans l’enquête sur l’attribution du Mondial 2022

Published

on

Michel Platini, ancien président de l’UEFA, a été placé en garde à vue dans le cadre de l’enquête pour corruption sur l’attribution de la Coupe du monde au Qatar en 2022. Claude Guéant, ancien secrétaire général du président Nicolas Sarkozy, est auditionné sous le statut « suspect libre ».

Michel Platini doit s’expliquer avec la justice française. L’ancien président de l’UEFA (2007-2015) a en effet été placé en garde à vue, ce mardi dans les locaux de l’Office anticorruption de la police judiciaire (OCLCIFF) à Nanterre (Hauts-de-Seine). Une audition qui s’inscrit dans le cadre de l’enquête sur l’attribution de la Coupe du monde au Qatar en 2022.
Platini a été placé en garde à vue à 9h30
Selon les informations de BFMTV, Platini avait été convoqué à Nanterre et il était venu à Paris pour répondre à cette convocation. Il s’y est rendu accompagné de son avocat français. C’est à ce moment que lui a été signifié son placement en garde à vue, à 9h30 ce mardi.
Sophie Dion, ex-conseillère de Nicolas Sarkozy, a également été placé en garde à vue, selon plusieurs sources concordantes à BFMTV. Selon les informations deRMCSport, les enquêteurs cherchent à confronter les versions au sujet d’un fameux déjeuner à l’Elysée où Nicolas Sarkozy avait invité Michel Platini et l’émir actuel du Qatar, Tamim Ben Hamad Al Thani.
Selon Mediapart, Claude Guéant, ancien secrétaire général de l’Élysée sous la présidence de Nicolas Sarkozy (2007-2011) et ministre de l’Intérieur (2011-12), a lui été auditionné sous le statut de « suspect libre ».
Blatter avait déjà pointé du doigt Platini et Sarkozy
Plus de huit ans après, l’attribution du Mondial 2022 continue de faire couler de l’encre. Alors que plusieurs membres de la Fifa sont accusés d’avoir reçu individuellement des pots de vin de la part du Qatar pour faire basculer le vote, le Sunday Times a, en mars dernier, pointé du doigt l’institution entière qui aurait reçu 800 millions de dollars de la part de l’émirat pour influencer le vote.
Sepp Blatter, ancien président de la Fifa, s’était étonné de ces nouvelles révélations en pointant du doigt l’influence de Michel Platini et Nicolas Sarkozy, alors président de la République, dans l’attribution de ce Mondial. »Je ne comprends pas cette réouverture d’un dossier de présumée corruption qui, avec la publication du rapport Garcia, avait été clos », avait-il déclaré à l’AFP
« De toute façon la désignation/élection du Qatar pour la Coupe du monde 2022 a été faite suite à l’intervention politique du président de la République, Nicolas Sarkozy, demandant à Michel Platini de voter avec ses proches pour le Qatar. Ces quatre voix ont fait pencher la balance pour le Qatar et contre les USA. Et cette situation a engendré les attaques des perdants contre la Fifa et ma personne: l’Angleterre perdante contre la Russie pour 2018 et les USA, perdants face au Qatar. »
Président de la Fifa de 1998 à 2015, Blater a été suspendu 6 ans en décembre 2015 dans une vaste affaire de corruption. Michel Platini a également été éclaboussé par la chute du dirigeant en étant suspendu de ses fonctions pour avoir reçu un paiement « déloyal ». Il a, depuis, été blanchi par la justice suisse en mai 2018.
Les conseillers de Platini nient toute implication
Dans la journée, les conseillers de l’ancien numéro 10 des Bleus ont publié un communiqué pour réagir à cette garde à vue. « Michel Platini n’a strictement rien à se reprocher et affirme être totalement étranger à des faits qui le dépassent ».
Il « ne s’agit en aucun cas d’une arrestation, mais d’une audition comme témoin dans le cadre voulu par les enquêteurs, cadre qui permet d’éviter que toutes les personnes entendues, puis confrontées, ne puissent se concerter en dehors de la procédure », peut-on encore lire dans ce communiqué. Michel Platini « s’exprime sereinement et précisément, répond à toutes les questions, y compris celles sur les conditions d’attribution de l’Euro 2016, et a fourni des explications utiles, poursuivent ses conseillers. Il est absolument confiant sur la suite ».

Nicolas Couet / RMC sport

Suivez-nous, et aimez-nous:
Continue Reading

DERNIERS ARTICLES

Copyright ©2018 - 225newsmag - Le magazine du brassage culturel